• Le mariage...

    Le mariage

     

     

     

    Le mariage égyptien ressemble au conbinage d’aujourd’hui. L’égyptien moyen ne manifeste guère d’originalité dans les idéaux qui le portent. Posséder une maison, prendre une épouse, avoir des enfants, assurer le bien-être et la prospérité du foyer sont les aspirations les plus répandues dans la société.C’est fréquemment au sien de la même communauté et plus souvent du même village, que les futurs époux se rencontrent. Il est mal venu de prendre une étrangère ainsi qu’une femme de classe sociale différente.

    Le libéralisme de la société égyptienne est étonnant. La jeune femme choisit elle-même son mari, elle garde son nom et ses biens propres, elle est aussi libre de divorcer. Il est même attesté qu’il existait des contrats de mariage " à l’essai " pour une durée indéterminée.Les hommes se marient autour de vingt ans, les jeunes filles plus tôt entre quinze et dix-huit ans. Les mariages entre cousins sont pratiqués, mais sont exclu les mariages entre enfants nés sus même lit.

    Aucune cérémonie n’est conclue, l’originalité du mariage à l’égyptienne consiste à ce que les deux époux se promettent simplement fidélité et se disent " je te prends pour époux " devant quelques membres de la famille pour la circonstance.

    L’époux apporte en dot la maison que devrons occuper les jeunes mariés. C’est en fonction des biens matériels d’un jeune homme qu’un père acceptera ou non de donner sa fille en mariage. Bien que l’union repose en partie sur l’intérêt économique, une grande place est laissée aux sentiments amoureux.

     

    « L'alimentation des égyptiens...et le divorce »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :